Mes récits de voyage

Venez voyager avec moi...

10 août 2007

Deuxième jour de voyage : De Oslo à Valdres

Nous sommes le jeudi 10 août 2006. Après une bonne nuit à l’hôtel, nous voilà repartis pour Oslo.

Là, nous avons visité pour commencer le parc de Frogner.

Le plus grand parc d’Oslo porte le nom de Gustave Vigeland, dont 212 sculptures sont savamment réparties le long des allées. Ses œuvres représentent l’humanité sous tous ses aspects.

Vigeland commença à concevoir le parc en 1924. En 1950, sept ans après sa mort, le plupart des sculptures étaient en place. L’artiste modela lui-même les pièces en taille réelle avec de l’argile, mais ne se chargea pas de leur réalisation en granit ou en bronze. L’association des sculptures et de la végétation est spectaculaire.

Le pont en granit, sur les étangs Frogner, est bordé par 58 sculptures en bronze réalisées entre 1926 et 1933, représentant les différents stades de la vie. A chaque angle, les groupes de lézards symbolisent la lutte de l’humanité contre le mal.

Ensuite, nous arrivons à la partie féminine du parc, composée des sculptures en bronze. L’élément le plus impressionnant est la fontaine. Six géants soutiennent une immense vasque. Le bassin de la fontaine est entouré de vingt sculptures de groupes. Le sol environnant est couvert de mosaïque.

Puis, nous parvenons à la partie masculine du parc, comprenant des sculptures en granit. Dressé au point le plus élevé du parc, le Monolithe mesure 17 m de haut. Il comprend 121 personnages enchevêtrés. Sur les marches du socle supportant la couronne, 36 groupes sculptés dans le granit représentent les cycles de la vie et les relations humaines.

En arrivant en haut du parc, nous avons une belle vue sur le chemin parcouru :

Enfin, le parc comprend deux sculptures intéressantes :

- le cadran solaire, posé sur un socle de granit orné des signes du zodiaque.

- la roue de la vie, modelée en 1934, qui synthétise le thème général du parc. Symbolisant l’éternité, le cercle est fait d’une guirlande d’hommes, de femmes et d’enfants se tenant les uns aux autres dans un cycle perpétuel.

Nous sommes ensuite partis pour la presqu’île de Bygdøy, où se situent plusieurs musées intéressants.

Nous avons pu en visiter deux :

Le musée des bateaux vikings

Ce musée possède deux vaisseaux du IXè siècle figurant parmi les mieux préservés du monde, ainsi que les vestiges d’un troisième. Découverts dans trois vastes tumuli au milieu des champs, ils constituent l’un des plus grands trésors culturels de la Norvège. Les bateaux d’Oseberg et de Gokstad ont été exhumés dans le Vestfold, tandis que le troisième vient de Tune dans l’Østfold. Ils servirent jadis à recevoir le corps de grands chefs pour leur dernier voyage vers le royaume des morts. Des bijoux, des armes et des ustensiles se trouvaient également dans les tombes.

Le bateau d’Oseberg

En ouvrant la tombe en 1904, les archéologues découvrirent ce vaisseau de 22 m de long contenant les dépouilles de deux femmes accompagnées de nombreux objets. Environ 90% du bois du bateau exposé est d’origine.

Le bateau de Gokstad

Ce vaisseau de 24 m fut mis au jour en 1880. Les archéologues y trouvèrent les restes d’un homme de 60 ans, un traîneau, trois petites embarcations, une échelle de coupée et 64 boucliers. Le navire possède seize lattes sur chaque flanc, alors que celui d’Oseberg en contient douze.

Le chariot d’Oseberg

Ce chariot viking richement sculpté est le seul connu en Norvège. Il était vraisemblablement utilisé par les femmes de haut rang. Des chariots similaires ont été découverts au Danemark et en Allemagne.

Tête d’animal

Ce poteau de bois à tête d’animal fut trouvé avec quatre autres dans le bateau d’Oseberg. Son utilité reste inconnue. Représentant la tête d’un prédateur à la gueule ouverte, celui-ci témoigne des talents de sculpteurs vikings.

Chambre funéraire

Datant du début du Xè siècle, le bateau de Tune fut découvert sous un tumulus dans une ferme de l’Østfold. Construit en chêne, il comptait dix à douze rames. Au-dessus de la poupe, on trouve les vestiges d’une chambre funéraire.

L’exhumation des bateaux

Extraire ces bateaux vikings millénaires de leur tertre funéraire se révéla une tâche difficile. Le bateau d’Oseberg était en effet enterré dans l’argile et recouvert d’un monticule de pierres haut de 6 m. La tombe était presque hermétiquement fermée, et les mouvements de sol avaient en partie comprimé et détérioré l’embarcation. Le bateau de Gokstad était lui aussi enseveli dans l’argile. Cependant, les forces terrestres l’avaient laissé en paix, si bien qu’il fut préservé, à l’exception d’une partie du mobilier funéraire qui fut pillé.

Le musée de l’expédition polaire Fram

Aucun autre bateau n’a été aussi loin au nord comme au sud de notre planète que le Fram. Il participa à trois expéditions dans l’Arctique avec les explorateurs Fridtjof Nansen (1893-1896), Otto Sverdrup (1898-1902) et Roald Amundsen (1910-1912). Lors de la dernière en 1911, Amundsen fut le premier à planter un drapeau au pôle Sud.

Construit par Colin Archer, le navire polaire fut spécialement conçu pour traverser la banquise. Lors de sa première campagne vers le pôle Nord avec Nansen, le Fram fut pris dans les glaces à 78°50’ de latitude N. Sa forme arrondie permit au vaisseau d’être repoussé à la surface de la glace, où il demeura jusqu’au dégel. Le bateau se révéla en outre d’une excellente navigabilité, qui lui permit d’affronter avec succès les tempêtes de l’océan Antarctique, lors de la célèbre expédition d’Amundsen jusqu’au pôle Sud.

Consacré au navire restauré, le musée ouvrit ses portes en 1936. Il comprend aussi du matériel provenant d’expéditions, des peintures, des bustes et des photos des explorateurs polaires. Dehors se dresse le Gjøa, premier vaisseau polaire d’Amundsen.

Un petit temps libre avant de partir déjeuner m’a permis d’admirer la vue sur le fjord d’Oslo depuis la presqu’île.

Après déjeuner, nous avons pris la route.

En chemin, après être passé par les grands lacs Tyrijfjorden et Steinsfjorden, nous avons pu admirer le lac Randsfjorden, situé à côté du site des Verreries de Hadeland.

Fondée en 1762, c’est la plus ancienne entreprise de Norvège encore en activité. Forte de quelque 180 employés, la production a su allier tradition et modernité. C’est l’occasion de découvrir une partie du patrimoine artistique et les nouvelles tendances en matière de design scandinave.

Puis, nous avons continué le long du lac Sperilen, puis de la rivière Begna, ensuite en suivant les vallées du Valdres, pour enfin arriver à notre hôtel situé sur la montagne de Gol.

Posté par avodyenne à 17:33 - Mon voyage en Norvège - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire