Mes récits de voyage

Venez voyager avec moi...

19 août 2007

Dimanche 5 août 2007 : Olympie – Delphes

Visite du site archéologique d’Olympie

Située au confluent des rivières Alfeios et Kladeos, le site d’Olympie fut respecté en tant que centre religieux et sportif pendant près de 1000 ans. Déjà actif à l’époque mycénienne, il n’acquit son véritable essor qu’avec l’arrivée des Doriens, adorateurs de Zeus, dont ils établirent le séjour au mont Olympe. Le site se couvrit de temples et d’édifices séculiers au style de plus en plus classique, processus qui atteignit son apogée vers 300 av. J.-C. A la fin du règne de l’empereur romain Hadrien (117-138), le sanctuaire avait perdu toute importance religieuse.

100_1618

100_1641

La palestre

Gymnase réservé à la lutte, à la boxe et au saut en longueur. La plupart des colonnades qui bordaient la cour centrale ont été remontées.

100_1625

100_1620

L’atelier de Phidias

Ici fut achevée une grande statue de Zeus. Les ruines sont celles d’un temple édifié au Vè siècle.

100_1634

100_1635

100_1636

Le temple de Zeus

Temple dorique du Vè siècle avant J.-C., dont il ne subsiste que des blocs énormes et des tambours de colonnes, était monumental.

100_1655

Le temple d’Héra

Commencé au VIIè siècle avant J.-C., est l’un des plus anciens de Grèce.

100_1686

Entrée du stade

La partie voûtée de l’entrée du stade, dont quelques vestiges subsistent, fut érigée au IIIè siècle avant J.-C. Ce stade est le troisième que l’on éleva à Olympie.

100_1669

100_1673

100_1672

Flamme olympique

100_1687

Le Philippeion

Il fut commandé par Philippe II en l’honneur de la dynastie macédonienne.

100_1690

100_1622

100_1623

L’origine des jeux Olympiques

La naissance des jeux Olympiques (776 av. J.-C.) est traditionnellement considérée comme la première date fiable de l’histoire grecque. A l’origine, la course de vitesse masculine était la seule épreuve de la compétition qui ne concernait que les athlètes locaux. Le premier vainqueur attesté est Koroivos, un cuisinier originaire d’Elis, une cité voisine. Aux VIIIè et VIIè siècles avant J.-C., les épreuves se multiplient : lutte, boxe, concours hippique et compétitions pour adolescents. Les athlètes se retrouvaient tous les quatre ans. Jusqu’au début de l’occupation romaine, en 146 avant J.-C., seuls les Grecs étaient admis. Cérémonial païen aux yeux de l’Eglise, les olympiades furent interdites en 393 à l’avènement de l’empereur chrétien Théodose Ier.

Le pentathlon antique regroupait des épreuves de course, de lutte, de lancer de javelot, de disque et de saut en longueur (à l’aide de poids propulseurs). Dès 720 avant J.-C., les athlètes évoluaient nus et les femmes n’étaient pas admises dans le public.

La renaissance des Jeux eut lieu en 1896, avec l’organisation des premières olympiades à Athènes, à l’initiative du baron Pierre de Coubertin.

Visite du musée d’Olympie

Le musée archéologique d’Olympie, qui fut inauguré en 1982, est installé près du site de fouilles. C’est l’un des plus riches musées de Grèce.

Salle préhistorique, géométrique et archaïque

Située à gauche de l’entrée, la salle n°1 contient des poteries préhistoriques, des objets en bronze et un modèle réduit du tumulus funéraire de Pélops. La salle n°2 contient un chaudron en bronze à trois pieds, des détails provenant d’autres chaudrons du VIIè siècle avant J.-C. (figures humaines longilignes, têtes de griffons) et des sculptures votives en bronze de la période géométrique, représentant des animaux, qui furent découverts près de l’autel de Zeus. La salle n°3 contient des ornements architecturaux en terre cuite peinte provenant des monuments du sanctuaire.

100_1704

100_1707

Salle classique

Les pèlerins et les athlètes avaient coutume de consacrer des armes à Zeus, notamment des casques. Deux d’entre eux, ayant servi durant les guerres médiques, sont présentés ensemble dans cette salle : un casque mède et celui porté par Miltiade, le vainqueur de la bataille de Marathon. On peut voir aussi un groupe en terre cuite du Vè siècle, Zeus enlevant Ganymède, une représentation très humaine du maître de l’Olympe.

100_1718

La salle centrale contient des reliefs prélevés sur le temple de Zeus. Phénomène rare, les deux frontons du temple ont été préservés, leurs thèmes respectifs étant clairement en rapport quoique de composition sensiblement différente. Ainsi le fronton est, plus statique, représente les préparatifs d’une course de chars entre le roi Oenomaos et Pélops, prétendant à la main de sa fille Hippodamie. Zeus se dresse entre les deux concurrents. A la gauche d’Oenomaos, un devin semble prédire sa défaite. Dans chaque coin du fronton, un personnage couché personnifie un cours d’eau local.

100_1695

Le fronton ouest, plus tumultueux, symbolise le passage de la barbarie à la civilisation. Il représente le combat des Lapithes et des Centaures. Invités aux noces de Pirithoos, roi des Lapithes, les Centaures s’enivrèrent et tentèrent d’enlever les femmes. Apollon, dieu de la Raison, se dresse au centre, posant un bras protecteur sur l’épaule de Pirithoos. A gauche du dieu, Thésée frappe un centaure, tout cela sous le regard de spectatrices couchées dans les angles.

100_1696

Les métopes intérieures, bien moins préservées, illustrent les douze travaux d’Héraclès, héros associé au sanctuaire.

100_1712

Une Nikè (victoire) du Vè siècle avant J.-C. se dresse dans une alcôve. Elle fut commandée au sculpteur Paeonios par les Messéniens et les Naupactiens pour remercier les dieux de leur victoire sur Sparte lors de la guerre du Péloponnèse. Une salle n°8 est réservée à l’Hermès, statue en marbre attribuée à Praxitèle : le dieu porte Dionysos enfant vers un lieu sûr, pour le protéger de la jalousie d’Héra ; il s’est arrêté en chemin, près d’un arbre. L’enfant repose sur son bras. La salle n°7 est consacrée à l’atelier de Phidias, aux outils et aux matériaux qu’il aurait employés pour réaliser son Zeus en or et en ivoire.

100_1720

Salles romaines et hellénistiques

La salle n°9 contient des vestiges des époques classique tardive et hellénistique, comme ce larmier en terre cuite qui provient du Leonidaïon. Les salles n°10 et n°11 abritent une série de bustes d’empereurs et de généraux romains et un taureau en marbre offert par Regilia, l’épouse d’Hérode Atticus. La salle n°12 contient des verreries de la fin de l’époque romaine qui proviennent d’un cimetière de l’île de Frangonisi où étaient enterrés les athlètes et les gardiens du sanctuaire.

100_1726

100_1724

Traversée du golfe de Corinthe entre Rion et Antirion par le bac

Nous voici de retour en Grèce centrale.

100_1734

100_1737

100_1742

Nuit à Arapova, ville un peu plus haut que Delphes, sur le Mont Parnasse

Delphes se situe dans le département de Phocide. Leurs habitants sont les Phocéens.

Au VIe siècle av. J.-C., les phocéens Simos et Protis recherchaient des emplacements susceptibles de devenir des « emporia » ou comptoirs et donc faire du commerce. En navigant par cabotage, ils auraient découvert la baie du Lacydon (l'actuel Vieux-Port).

Les premiers contacts avec les Autochtones, les Ligures furent très réussis : une délégation conduite par Protis vint rencontrer le prince ligure Nannus au moment où ce dernier devait marier sa fille Gyptis. Selon la tradition gauloise, celle-ci devait présenter une coupe à son élu, la coupe d'hyménée. À la vue de Protis1 qui devait être jeune et distingué, elle fut frappée et se décida pour le phocéen. Les Phocéens créèrent les fondations d'une ville qu'il appelèrent Massalia (ou Massilia), en 599 av. J.-C.

Posté par avodyenne à 18:59 - Circuit Grèce classique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire